OUMAR IBRAHIMA TOURE A PROPOS DE LA REVISION CONSTITUTIONNELLE : ‘’Le succès du futur projet dépendra de la méthode, de la pédagogie d’inclusion et de concertations’’

Cérémonie de présentation de voeux du nouvel an,2019 de l’ALLIANCE POUR LA RÉPUBLIQUE - Bamako, Vendredi 25 Janvier 2019. Crédit photo © Boub's Sidibé / Mali Buzz.

Sacrifiant à la traditionnelle de présentation de vœux du parti à son président, le parti Alliance pour la République (APR) s’est réuni au Mémorial Modibo Keïta le vendredi 25 janvier. Profitant de l’occasion, le président Oumar Ibrahima Touré a fait un tour d’horizon des grands défis de la nation. Et a proposé une batterie de mesures pour réconcilier et pacifier le Mali. Nous vous proposons l’intégralité de son discours face aux militants de l’APR.

Mesdames et Messieurs, les Journalistes, Merci d’avoir répondu à notre invitation.

Camarades Militantes, Militants et sympathisants de l’APR,

Au seuil du nouvel an, 2019, fidèle à nos habitudes citoyennes, au nom de L’ALLIANCE POUR LA REPUBLIQUE, A.P.R.,  j’ai le plaisir de vous présenter mes Vœux de Santé, de Bonheur, de Prospérité et surtout d’Epanouissement.

J’associe à ces vœux, en toute objectivité, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Chef de l’État et l’ensemble de son Gouvernement qui n’ont ménagé aucun effort en faveur de la Cohésion de notre grande et belle Nation, dans un contexte sécuritaire qui demeure difficile tant au nord qu’au centre de notre pays sans oublier l’épineuse question terroriste.

Ces mêmes vœux s’adressent à tous nos compatriotes de l’intérieur comme de l’extérieur qui s’illustrent à suffisance et de façon désintéressée dans l’œuvre de la  construction nationale.

Je voudrais, dans une mention spéciale, exprimer mes vœux les plus chaleureux à vous, de la grande famille des Médias et de la Communication dont je mesure l’indispensable apport à la diffusion de l’information, à l’éveil des consciences, à la consolidation de la démocratie et surtout à l’avènement d’une société de Paix, de Cohésion et de Justice sociale.

Que ce nouvel an 2019 soit pour notre Nation celui du renforcement de nos liens sociaux séculaires, de la Consolidation de la Paix et de la Stabilité, préalable à toute ambition de développement durable et d’une société où le vivre ensemble est plus qu’une nécessité!

Qu’il  soit pour l’APR l’Année de la consolidation de ses acquis, de la poursuite de sa laborieuse implantation, et surtout de son ancrage électoral avec plus d’élus, de militants et de sympathisants !

Mesdames et Messieurs, les journalistes,

Chers camarades militants et sympathisants de l’A.P.R.

Avant de rappeler quelques grands défis majeurs auxquels notre pays est confronté, je voudrais dire quelques mots sur les Acquis et insuffisances de notre parti.

Au titre des succès, je tiens tout particulièrement à mettre en exergue tous les sacrifices que vous avez consentis dans la constance depuis plus de cinq ans pour hisser notre parti au rang des premières formations politiques sur l’échiquier politique national. Je note dans ce cadre, avec une totale satisfaction, la tenue de la deuxième conférence nationale du parti en février 2018qui a été pour nous une apothéose en termes de mobilisation (plus de 7000 participants dont 2000 de l’intérieur et de l’extérieur du pays).

Elle a également confirmé les progrès enregistrés en matière d’implantation de notre cher parti (délégués de toutes les régions et de tous les cercles du territoire national) malgré le contexte sécuritaire très difficile de l’époque.

Camarades militantes et militants de l’APR, sous votre contrôle et sur la base de l’état des lieux des structures du parti à notre possession sur toute l’étendue du territoire national, je peux dire sans risque de me tromper que notre parti a véritablement atteint sa vitesse de croisière en termes d’implantation et d’adhésion.

Transcendant la tentation de l’autosatisfaction, je voudrais rappeler que notre formation politique demeure confrontée à  deux types de problèmes :

(i) les problèmes liés à ce que je peux appeler « une crise de croissance au sein du parti». Cette situation a certes engendré des adhésions en nombre et de qualité entraînant ainsi une véritable compétition entre des responsables qui, à juste titre, ont tous des ambitions légitimes pour occuper de postes de responsabilité au sein du parti;

 (ii) les problèmes de communication entre la base et le sommet du parti qui ont entraîné forcément des dysfonctionnements dans l’animation et la cohésion au sein du parti.

A ces deux types de fonctionnement qui sont d’ordre général, j’ajoute toutes les préoccupations mises en exergue par la jeunesse et le Mouvement des femmes du parti.

Face à ces disfonctionnements, j’en appelle au sens de la mesure et de la responsabilité de toutes et de tous pour juguler ensemble les difficultés qui sont loin d’être  insurmontables.

A tous ceux qui vivent ces difficultés liées à notre  fonctionnement, je présente, au nom du parti, nos sincères excuses.

C’est également l’occasion d’inviter toutes et tous  à la remobilisation dans l’intérêt supérieur du parti mais aussi et surtout de notre pays qui fait face à d’énormes défis.

En tant que parti membre de l’E.P.M., l’APR, par ma voix, salue les efforts du gouvernement en faveur de la sécurité, de la stabilité, de la lutte contre le terrorisme, de la reconstruction de notre vaillante armée mais également dans les domaines économique et social.

Camarades Militantes et militants de  l’APR

Toute fois, notre parti, ne peut être indifférent à la situation difficile que vit  notre pays, en dépit des nombreux efforts sus mentionnés. Cettecérémonie de présentation des vœux  constitue donc une occasion opportune pour nous de partager nos succès sans taire  les difficultés qui assaillent notre chère patrie.

Face aux défis énormes auxquels le Mali est confronté, permettez-moi donc d’aborder quelques uns que je trouve imminents à relever au risque de compromettre dangereusement le fondement même de la nation malienne.

En effet, notre pays fait face à plusieurs fronts, non des moindres, défis pénalisant la marche de la nation ou qui ne manqueront pas de marquer significativement la nouvelle année :

  • L’épineuse question du nord et les Retards dans l’Application de l’Accord,
  • Les activités nuisibles des  réseaux mafieux et de narcotrafiquants, les actes criminels  de djihadistes dans les parties du septentrion et du Centre de notre pays,
  • L’urgente et préoccupante situation du centre et les problèmes intercommunautaires,
  • Les Perspectives de la Révision Constitutionnelle,
  • Le déficit de dialogue politique, notamment entre le Pouvoir et l’Opposition,
  • L’Organisation des scrutins électoraux à venir,
  • Le Front social et le défi de l’amélioration des conditions de vie et de travail des fonctionnaires et les perspectives d’emploi pour nos jeunes diplômés de plus en plus nombreux sur un marché de travail dont la demande dépasse l’offre,
  • La Sécurité et la Protection de nos compatriotes vivant à l’extérieur, forte et dynamique Diaspora, pleine de Potentiel, dont la Contribution pour le développement du pays n’est plus à démontrer.

Chers camarades,

Bien analysés, ces problèmes se tiennent et convergent autour d’un seul et même défi majeur que nous devons relever ensemble : l’extrême fragilité du tissu social de notre pays.

Hypothéquant l’essentiel de nos efforts de sécurisation, de stabilisation, ils confisquent, par conséquent, nos ambitions  de développement.

Ces défis énormes exigent la conjugaison des efforts et de l’Unité de tous les maliens, de l’intérieur et de l’extérieur, auxquels le concours de nos partenaires ne viendra qu’en appoint.

  • LA SITUATION DU NORD ET L’APPLICATION DE L’ACCORD POUR LA PAIX ET LA RECONCILIATION

Mesdames et Messieurs, les journalistes,

Chers camarades militants et sympathisants de l’A.P.R.

Notre pays traverse une crise structurelle dont la gestion exige du temps, de la persévérance et des efforts soutenus.

La situation du nord a négativement impacté sur la marche du pays, surtout sur l’Etat dont elle pompe une grande partie de l’énergie et des efforts.

Après la phase armée du conflit, les deux instruments majeurs que sont l’Accord pour la Paix et la Réconciliation et le Programme D.D.R. découlant d’ailleurs du premier instrument, la gestion de la crise a connu des progrès qu’il faut  néanmoins renforcer.

Si l’Accord pour la Paix et la Réconciliation connaît des lenteurs dans son application, il constitue pourtant un outil indispensable pour une  véritable ère  de Paix, de Sécurité, de Stabilité et surtout de Vivre ensemble.

Chers camarades,

En dépit des progrès enregistrés dans les domaines des réformes politiques et institutionnelles, de la défense et de la sécurité, du développement économique social et culturel, de la réconciliation, de la justice et des questions humanitaires, force est de reconnaître que l’Accord traîne dans son Application, blocage impactant autant  l’Etat que  la Nation.

Entre autres conséquences de cette situation, l’insécurité, le banditisme, les attentats dans une partie du Nord. Cela n’est pas sans effets néfastes non plus sur les activités socio-économiques des populations, les rendant davantage plus vulnérables.

L’APR, tout en félicitant toutes les parties ainsi que nos partenaires  pour tous  les efforts déjà déployés depuis la Signature de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation, recommande la poursuite des efforts dans les domaines tels :

  • L’opérationnalisation des bataillons du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) à Gao, Kidal et Tombouctou et le déploiement des patrouilles mixtes dans toutes les régions du nord, afin de lutter contre l’insécurité ambiante qui freine le retour à la normale ;
  • L’installation et le fonctionnement effectif des Autorités intérimaires et des Collèges transitoires, le retour de l’Administration dans toutes les régions du nord et le rétablissement des services sociaux de base au profit des populations meurtries par le conflit ;
  •  La mobilisation des financements annoncés lors de la “Conférence internationale pour la relance économique et le développement du Mali” (Paris, le 22 octobre 2015), pour réaliser les engagements souscrits par le Gouvernement malien dans l’Accord pour la Paix et la Réconciliation;
  • La concrétisation du principe de l’inclusivité et son respect au sein des mouvements signataires de l’Accord (Coordination des Mouvements de l’Azawad et Plateforme), afin de minimiser dans l’avenir les contestations des décisions et mesures liées à la mise en œuvre de l’Accord dans ses différents volets ;
  • Le renforcement des actions de communication permettant l’appropriation de l’Accord pour la Paix et la Réconciliationpour accélérer son application et consolider l’Unité nationale;
  • La poursuite des efforts de la Communauté internationale en faveur du Mali afin de lui permettre de sauvegarder son unité, son intégrité territoriale, ainsi que la forme républicaine et le caractère laïc de l’Etat ;
  • La mise en place d’un système d’informations fiables et exhaustives et la création d’une base de données en vue d’assurer l’archivage et la constitution de la mémoire du processus de mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation, issu du processus d’Alger.
  • L’APR propose un Colloque ou une Rencontre multipartite d’Evaluation du niveau d’Application de l’Accord en vue d’en identifier les points de blocages précis pour un Nouveau Cycle d’Application diligente, préalable à une véritable Stabilisation.
  • LA SITUATION AU CENTRE DU PAYS

Chers camarades militants et sympathisants de l’A.P.R.

La situation du centre reste en grande partie liée à celle du nord. Elle en constitue d’ailleurs une sorte d’excroissance avec la dynamique demobilité des groupes terroristes qui ont progressivement créé des cellules au centre.

En plus du terrorisme classique, la situation au centre de notre pays s’est complexifiée avec les massacres intercommunautaires qu’il nous faut juguler en toute urgence.  Comme connu, les problèmes intercommunautaires produisent très souvent des conséquences incalculables, suscitant souvent des velléités de vengeance.

C’est donc peu dire que de souligner que le vivre ensemble est menacé au Centre. Dans une vision globale et intégrée, la Pacification et la Stabilisation du Nord et du Centre sont liées.

L’A.P.R. salue les nombreux efforts du Gouvernement tout en invitant à les amplifier.

Le parti propose, en plus de la POURSUITE DE LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME DANS LA ZONE, trois solutions clés :

  1. Le désarmement des milices et autres groupes privés,
  2. La consolidation de la présence de l’Etat,
  3. Une nouvelle initiative de DIALOGUE et de MEDIATION, nourrie par nos valeurs culturelles et éclairée par notre riche expérience en matière de médiation.

Le renforcement de la Présence de l’Etat doit s’accompagner des Initiatives médiatrices en phase avec nos us et coutumes et surtout les réalités locales.

Les Leaders religieux et les Chefferies traditionnelles peuvent être davantage mis à contribution.

  • LE FRONT SOCIAL EN EBULITION

Chers camarades militants et sympathisants de l’A.P.R.

Aux graves problèmes structurels de sécurité, de défense et de stabilité  dont le nord et le centre constituent les deux zones les plus affectées, vient s’ajouter l’ébullition du font social (les grèves).

Au regard des doléances ou réclamations catégorielles qui n’ont cessé d’augmenter de façon exponentielle depuis l’avènement de la 3ème République dans un contexte de pluralisme syndical, le Gouvernement du Mali et ses partenaires sociaux ont signé plusieurs pactes sociaux en vue de parvenir à un consensus, et au maintien d’un climat social serein.

Tout en reconnaissant les nombreux efforts du gouvernement, l’APR reste sensible à l’amélioration des conditions de vie et de travail de nos compatriotes en occurrence les fonctionnaires et invite l’UNTM et le Gouvernement à prioriser la pédagogie et le dialogue pour trouver des solutions adéquates aux revendications en fonction des besoins et des moyens de l’Etat.

Pour le cas spécifique des acteurs du monde du travail, l’APR tient au respect de  certaines conditions de base pour parvenir à un dialogue social fécond entre les parties prenantes, à savoir : (i) la volonté affirmée d’engager le dialogue social de la part de toutes les parties ; (ii) des organisations de travailleurs et d’employeurs fortes, autonomes, ayant la capacité technique leur permettant de participer au dialogue social , (iii)  un cadre institutionnel approprié, (iv)  le respect des textes fondamentaux régissant le travail et les différents engagements illustrés par la signature de pactes sociaux, notamment entre l’UNTM et le Gouvernement, (v) le respect de la démarcation entre le politique et le syndicalisme et finalement, (vi) le respect de l’autre.

  • LA REVISION CONSTITUTIONNELLE

Chers camarades,

Les Constitutions sont filles de l’Histoire des Peuples. Elles reflètent leurs réalités, leurs besoins et leurs aspirations pendant un moment donné mais leur montrent également la Direction. Voilà pourquoi les Révisions constitutionnelles doivent être des moments de fortes concertations, surtout inclusives afin de prendre en compte les attentes des différentes composantes de la Nation.

La Future révision constitutionnelle doit tirer les leçons de l’Initiative passée n’ayant prospéré, faute de consensus. Le succès du futur projet dépendra de la méthode, de la pédagogie d’inclusion et de concertations.

Chers camarades militants et sympathisants de l’A.P.R.

En Votre nom à tous, je salue de passage la tenue des Assises de l’Alliance Ensemble pour le Mali sur la révision constitutionnelle, auxquelles l’APR a répondu par une participation de qualité.

L’APR en appelle à tous les acteurs politiques pour contribuer à la réussite de ce chantier national dans le seul intérêt de la nation malienne menacée aujourd’hui dans son fondement malgré les efforts fournis.

Pour la réussite de ce chantier d’intérêt national, le parti  propose :

  • Une large Concertation DES FORCES VIVES DE LA NATION, surtout de la Classe politique;
  • Au-delà de la Classe politique, une large Concertation des Grandes Organisations de notre Société civile ;
  • La prise en compte de l’avis de notre nombreuse et dynamique Diaspora à travers les Organisations officielles qui la représentent ;
  • Une Large campagne d’Information et de Communication à chaque étape de la Révision Constitutionnelle pour un Projet Consensuel, largement partagé, à soumettre à l’Appréciation du Peuple Souverain.
  • LE DIALOGUE POLITIQUE

Mesdames et Messieurs, les journalistes,

Chers camarades militants et sympathisants de l’A.P.R.

Le Dialogue politique constitue plus une force qu’une faiblesse. Il sort la classe politique des querelles de tranchées et la fait converger autour de l’essentiel : Nous UNIR pour Sécuriser-Stabiliser-Développer la Nation.

Le Dialogue politique est d’autant nécessaire que  le Mali  traverse une crise grave aux ramifications diverses.

Faisant face déjà à une grave crise depuis des années, notre pays doit faire l’économie d’une crise politique.

Le dialogue politique permettra :

  • D’anticiper et d’éviter des problèmes qui n’ont pas lieu d’être ;
  • De régler des problèmes existants entre le Pouvoir et l’Opposition ;
  • De permettre à l’Etat de s’atteler aux  problèmes plus préoccupants tels les chantiers de Sécurisation, de Stabilisation et de Consolidation de la présence de l’Etat en certaines zones de notre pays.

Parti d’idées et d’échanges, soucieux de la vie de la nation, l’A.P.R., avec cet état des lieux et ces propositions, ne manquera d’apporter d’autres durant l’année en cours, dans le seul objectif d’un Mali pacifié, stabilisé et uni.

Chers camarades militants et sympathisants,

Ne doutant pas de notre foi inébranlable en  l’avenir de l’APR et du Mali, je voudrais faire mienne cette belle et instructive pensée d’Antoine de Saint-Exupéry : “Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible.”

Je ne doute point qu’ensemble, nous serons les architectes infatigables de cet avenir radieux tant pour notre parti que pour notre pays, l’Indivisible Mali !

Camarades militants,

Tout en saluant à nouveau l’énorme travail abattu pour le renforcement du partiet vous invitant à plus de mobilisation pour  conférer à notre parti une assise législative solide à l’occasion des élections législatives à venir et réitérant mes vœux de  Bonne et Heureuse Année 2019 de Santé, de Bonheur, d’Epanouissement, je vous souhaite, à toutes et à tous, plein Succès dans vos Entreprises respectives!

Qu’Allah le Tout Puissant bénisse notre cher pays !

Vive l’APR !

Vive le Mali !

Je vous remercie.

In the news
Load More