FACE AUX OCCUPATIONS ILLICITES DES ESPACES UNIVERSITAIRES DE LA OCCUPATION DE LA COLLINE DE BADALA : Quand l’AEEM se transforme en acteur foncier

Pour faire face aux occupations anarchiques survenues sur les espaces universitaires de la colline de Badalabougou, l’Association des Elèves et Etudiants du Mali (AEEM) a battu le pavé, le jeudi le 07 mars 2019, allant de l’Institut Universitaire de Gestion (IUG) à la mairie de la commune V du district de Bamako.

Pour faire face aux occupations anarchiques survenues sur les espaces universitaires de la colline de Badalabougou, l’Association des Elèves et Etudiants du Mali  (AEEM) a battu le pavé, le jeudi le 07 mars 2019,  allant de l’Institut Universitaire de Gestion (IUG) à la mairie de la commune V du district de Bamako.

A l’article 5 des statuts  de l’AEEM originelle, il est mentionné que celle-ci se donne pour missions entre autres de défendre les intérêts matériels et moraux des élèves et étudiants du Mali et d’améliorer leurs conditions de vie et d’études. Il n’est nullement question de lutte contre l’occupation illicite de terre, qui de toute évidence, relève des prérogatives régaliennes de l’Etat. Pour preuve, les pouvoirs publics ont lancé depuis plusieurs mois, un programme de  démolition systématique des constructions illicites. De là àsécher les cours et faire mobiliser des étudiants contre les soit disant mauvais agissements des autorités communales de la commune V du district de Bamako, l’AEEM, nouvelle version a besoin d’apprendre des ancêtres de ce mouvement qui existent au sein d’une Amicale. Ces occupations qualifiées d’illicites étaient dèjà là avant l’arrivée sur la colline de ceux qui réclament leur destruction. Alors pourquoi aujourd’hui et pas hier ? Aux environs de 10h du matin, des étudiants en provenance de la colline de Badala ont envahi la devanture de la mairie de la commune V, avec à leur tête, le secrétaire général de l’AEEM Moussa Niangaly. On pouvait lire sur leurs pancartes « Libérez nos espaces universitaires », « Dégage le maire Amadou Ouattara ». Il faut aussi signaler que certains étudiants de la Faculté de Médecine et d’Odonto Stomatologie étaient également à la marche pour apporter leur soutien sans faille à leurs camarades de Badalabougou. Le maire Amadou Ouattara a reçu le bureau de la coordination de l’AEEM et les échanges  ont porté  sur la recherche des voies et moyens pour déguerpir les occupants qui sont illicitement sur les sites. Pour certains étudiants, l’AEEM a toutes les preuves concernant ces occupations et avec la complicité  des autorités communales. C’est un espace purement universitaire  et qui ne doit pas être occupé par d’autres personnes qui n’ont rien à  avoir avec l’éducation. Ils ont laissé entendre que c’est une lutte noble pour les étudiants et qui doit aboutir à la libération de cet espace universitaire. A leur sortie d’audience avec le maire Amadou Ouattara,  le secrétaire général  de l’AEEM Moussa Niangaly, a d’abord laissé entendre que la coordination de l’AEEM est venue lancer un ultimatum aux autorités communales de la CV afin de libérer l’espace dans un délai de 15 jours. Il a signalé que la rencontre a débouchésur un soulagement, car le maire de la commune CV  leur a promis qu’il ne ménagera aucun effort pour apaiser la tension. Il a profité de l’occasion pour rappeler que si le délai s’expirait sans qu’il n’y ait satisfaction, l’AEEM agirait en responsable et ferait tout pour avoir son dû. Il est souhaitable que ce mouvement respecte sa ligne de conduite et qu’il ne se laisse pas infiltrer par des politiciens égocentriques qui se foutent éperdument de leurs études.

Alasko

In the news
Load More