Amélioration du système électoral : La COCEM recommande de revoir à la hausse le délai entre les deux tours des élections

Pour l’amélioration du système électoral au Mali, la coalition pour l’observation citoyenne des élections au Mali (COCEM) recommande de prolonger le délai entre les deux tours des différentes élections. L’annonce a été faite par la présidente de la coalition Mme Sylla Fatoumata Dicko, lors d’une conférence de presse, le 7 mars 2019 à Maeva Palace.

La coalition pour l’observation citoyenne des élections au Mali à procédé à la présentation de son rapport des élections présidentielles de 2018, le 07 mars dernier. Cette présentation de rapport couplée à une conférence de presse était aussi l’occasion pour la Cocem de formuler des recommandations pour l’amélioration du système électoral au Mali. La Cocem recommande ainsi de revoir à la hausse le délai entre les deux tours afin de permettre aux deux candidats en concurrence de battre campagne et de mobiliser les électeurs.

Pour la Coalition, ce prolongement de ce  délai permettra aussi à l’administration électorale de prendre les dispositions nécessaires pour ajuster les manquements constatés lors du premier tour de l’élection. Outre la prolongation du délai entre les deux tours. La coalition recommande aussi de centraliser toutes les opérations électorales au niveau d’une seule structure indépendante et pérenne. Ce dispositif contribuera non seulement à crédibiliser davantage les scrutins mais aussi à accroître l’efficacité dans la tenue des élections tout en permettant de préserver et conserver la mémoire institutionnelle de cet organe. La coalition pour l’observation citoyenne des élections au Mali demande aussi la formalisation légale de la présence des observateurs nationaux et internationaux dans les centres de compilation au niveau des commissions de centralisations locales ainsi qu’au niveau de la Commission Nationale de Centralisation.

‹‹ La Cocem continue à suivre avec intérêt le processus de réformes en cours et à plaider pour la mise en œuvre des recommandations formulées dans son rapport final d’observation de l’élection de 2018 », a expliqué la présidente Fatoumata Dicko. Elle annonce aussi que  son organisation se prépare actuellement pour l’observation intégrale des processus électoraux prévus en 2019 selon le chronogramme publié par le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation le 6 février 2019. Par ailleurs, la Cocem exhorte le gouvernement à informer régulièrement l’opinion publique et les acteurs électoraux sur l’état d’avancement des processus de révision constitutionnelle, de découpage administratif ainsi que du processus électoral qui s’annonce.

Aichata Maiga, Stagiaire

In the news
Load More