AMADOU KOITA, MINISTRE PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT : « Le gouvernement a un programme de désarmement de toutes les milices »

Le ministre porte-parole du gouvernement, Amadou KOITA apporte des éléments nouveaux dans la polémique autour du désarmement des milices qui pullulent dans le Nord et le Centre du pays. Selon lui, le gouvernement a un programme dans ce sens.

Le ministre porte-parole du gouvernement, Amadou KOITA apporte des éléments nouveaux dans la polémique autour du désarmement des milices qui pullulent dans le Nord et le Centre du pays. Selon lui, le gouvernement a un programme dans ce sens.

« Le gouvernement n’a armé aucune milice ; au contraire, bien avant ce massacre le gouvernement avait mis en place un programme de désarmement », confie Amadou Koïta aux hommes de médias venus à sa rencontre lors du traditionnel point-presse de compte rendu du Conseil des ministres. Selon lui, c’est pour éviter les violences, tout en facilitant le travail des forces de sécurité.  Il ajoute que le vivre ensemble est une valeur qui est au Mali depuis des années et tous ces agissements violents ont pour but de mettre un frein à cette harmonie.

Parlant de l’attaque du village d’Ogossagou, il évoque un bilan lourd de 157 morts et plus de 47 blessés.

Amadou Koïta rappelle que le mardi 23 mars, vers  5h du matin, le village d’Ogossagou a été victime d’une attaque lâche, barbare et ignoble par des assaillants sans foi ni loi. Ces individus, dit-il, n’ont épargné ni enfant ni femme ni vieille personne ni même les animaux.

Il ajoute que cette attaque a été condamnée avec la dernière rigueur par l’ensemble du peuple malien, au premier chef le président de la République.

Le porte-parole souligne que le président de la République a donné des instructions fermes aux forces armées de faire tout pour assurer la sécurité dans la zone touchée. Il aurait également demandé au ministre de la Justice d’ouvrir le plutôt possible des  enquêtes afin d’identifier les coupables de ce massacre.

Amadou Koïta déclare que le chef de l’Etat demande une cohésion des Maliens.  « Nous sommes d’abord des Maliens avant d’être Peulhs, Dogons, Bozos et Bambaras », dit-il.

Il estime que l’ennemi ne cherche qu’à diviser le Mali ; ils veulent que les fils d’un même pays s’accusent mutuellement. Il prévient de prendre acte du fait que le terrorisme n’a ni religion ni ethnie. Le terrorisme, c’est juste l’incarnation du mal qui cherche à détruire ce que le Mali a d’essentiel.

Selon le porte-parole du gouvernement, le combat du terrorisme n’est pas un combat facile, car l’ennemi peut être invisible en étant et si l’occasion ce présente, il poignarde dans le dos. C’est pourquoi la population doit appuyer et informer les forces de sécurité de toute situation douteuse.

Sanata Goita

In the news
Load More