1ère édition du festival de Kela : Des hommages à feus Siramory Diabaté et à Kassé Mady Diabaté, des voix du terroir

La première édition du Festival de Kela, dans le cercle de Kangaba, région de Koulikoro a eu lieu du 15 au 17 février dernier, sur la place publique de ladite localité. Pendant les trois jours, les festivaliers venus de partout, ont découvert les richesses d’arts, musée historique, les lieux sacrés et certains héritages laissés par les grandes personnalités qui ont marqué l’histoire du Mandé. Ce festival, comme un pèlerinage dans le terroir, a rendu un vibrant hommage à deux figures emblématiques de la musique qui nous ont quittées. Il s’agit de Siramory Diabaté, la vieille cantatrice et l’inoxydable Kassé Mady Diabaté, l’homme à la voix suave.

La  première édition du Festival de Kela, dans le cercle de Kangaba, région de Koulikoro a eu lieu du 15 au 17 février dernier, sur la place publique de ladite localité. Pendant les trois jours, les festivaliers venus de partout, ont découvert les richesses d’arts, musée historique, les lieux sacrés et certains héritages laissés par les grandes personnalités qui ont marqué l’histoire du Mandé. Ce festival, comme un pèlerinage dans le terroir, a rendu un vibrant hommage à deux figures emblématiques de la musique qui nous ont quittées. Il s’agit de Siramory Diabaté, la vieille cantatrice et  l’inoxydable Kassé Mady Diabaté, l’homme à la voix suave.

Plusieurs activités étaient au menu de ce festival pendant les trois jours des festivités,  entre autres des ateliers de formation,  visites des sites touristiques et des concerts.  Pour l’initiatrice, Madame CazorAmsetouSanogo :« la vocation première du festival, c’est de réunir des femmes, des hommes pour partager des émotions. Les organisateurs ont voulu de ce festival convivial, à la taille humaine, accessible à tous et de découvertes musicales et culturelles. Chaque activité avait  pour les festivaliers, son lot d’émotion.  Le but premier pour nous, c’est d’inclure le festival dans la grande famille des festivals maliens et plus particulièrement de l’Afrique » nous fait savoir l’initiatrice. Selon elle, ce village est bourré de talents  d’artistes de tous genres, notre devoir c’est d’amener la culture de notre pays à l’émergence, exposer nos talents et montrer le savoir-faire de la culture mandingue au monde.

Durant les trois jours, des artistes comme Yah Kouyaté, la troupe Kobasaba, Ami Diabaté, Madou Lafia Diabaté, HawaKassé Mady Diabaté, Moriba Diabaté, Amadou et Mariam, Iba One, des humouristes, comme Koman Diabaté, Kawa choualé et les artistes locaux de la localité ont émerveille le public.

A travers les activités, des hommages ont été rendus à deux célèbres musiciens natifs de Kela décédés. Il s’agit de la cantatrice Siramory Diabaté qui était la fille du célèbre GonifolaBintufaama Diabaté. Elle était une encyclopédie qui, par sa connaissance de la cosmogonie,  de la tradition orale  mandingue  acquit le statut de diva au Mali. Elle qui nous a quittés le 18 octobre 1989, était dans le cœur des festivaliers, tout comme Kassé Mady Diabaté, l’homme qui avait la voix suave, l’ex sociétaire de las Maravillas du Mali, de l’orchestre instrumental du Mali, duBadema National, qui nous a aussi malheureusement quittés le 25 mai 2018.

En plus des hommages rendus à ces deux icones, le festival a vécu et a fait vivre la population de Kela.

Il faut ajouter que Kela est situé à 95 kilomètres de Bamako.C’est un village malinké qui abrite des griots Diabaté, Haïdara et Konaté. Il est au cœur de l’histoire du Mali et le berceau reconnu de la musique et de la langue mandingues.

In the news
Load More