SOUTIEN A IBRAHIM BOUBACAR KEITA ET AUX ACTIONS DU GOUVERNEMENT : Le collectif « défendons le Mali » sur les fonts baptismaux

Avec comme slogan : ANW TA YE MALIKO YE, une dizaine d’associations de soutien au président IBK et aux actions de son gouvernement ont décidé de rester en veille durant tout le quinquennat de leur mentor.

Réunies au sein d’un collectif dénommé « Défendons le Mali », elles ont officiellement lancé leurs activités par une conférence de presse ce samedi, à la Pyramide du souvenir.

Pour ce rendez-vous historique, la présidente, Fatoumata SACKO Sidibé, était assistée  de Fatoumata Doucouré,  présidente de l’association ‘’KAI N’YERE YE’’, Yacouba Dembélé,  président de  ‘’la jeunesse active du Mali’’, Hamady Sangaré,  président de l’association AJA et de Mali IBK.

Face aux hommes de médias, la présidente du collectif  a indiqué qu’après une campagne d’une extrême  brutalité et d’une rare violence empreinte de calomnies, de mensonges et d’incitations au désordre social, les proches du président Ibrahim Boubacar Kéita ont fait le constat que la communication n’a pas été à la hauteur des enjeux et pour le candidat et pour la stabilité sociale.

Cependant, ajoute Mme Sidibé, les différents mouvements et associations qui ont soutenu la candidature du président Ibrahim Boubacar Keita ont décidé de l’accompagner  tout au long de son nouveau quinquennat, ses actions et celles de son gouvernement. Ils entendent le faire avec ardeur.

Elle soutient que cet accompagnement se traduira par des réflexions sur les grandes questions de la nation au plan industriel, socio-économique, politique et sécuritaire et sera concrétisé par l’organisation des séries d’activités. La présidente prévient que contrairement à la période de campagne, la multiplication des structures de soutien peut créer des doublons et fragiliser le combat. « Au lieu de s’entraider  en travaillant en synergie, certains mouvements se font concurrence en organisant les mêmes activités aux mêmes lieux, créant ainsi des rivalités. Toute chose qui tend à saper l’objectif commun », regrette-t-elle. Sidibé Fatoumata Sacko pense que cette nouvelle coordination est la solution à ce problème.

Selon la présidente, depuis la prise de fonction du président de la République, le gouvernement est confronté à d’énormes défis et le front social est en forte ébullition avec les grèves des plus grandes corporations du pays. Les différentes réformes qui profilent à l’horizon en 2019, à savoir les projets de réaménagement du territoire et de révision constitutionnelle, constituent des changements majeurs pour le pays, lesquels doivent interpeller plus d’un.

Elle déclare ensuite que c’est dans cette logique que le collectif « DEFENDONS LE MALI, ANW TA YE MALIKO YE » a décidé d’être à l’avant-garde en soutenant toutes les actions du président de la République et de susciter des échanges entre tous les acteurs de tous bords et de toutes les échelles. Pour le collectif, ces échanges directs permettront aussi d’expliquer et  l’édifier sur le projet de réaménagement du territoire qui n’est point un diktat de quelque partenaire que ce soit. L’Etat étant une continuité, ce projet initié depuis 2002 reprend le processus là où le président ATT  l’avait laissé.

Fatoumata SACKO Sidibé et ses camarades prennent  l’engagement  solennel de jouer un rôle de veille et à chaque fois qu’il y aura des manquements et des dérives. Ils seront là pour dénoncer et proposer des solutions aux différents problèmes posés.

 Sanata Goita

In the news
Load More