REGION DE MOPTI – Après 30 morts, les Dogons et Peulhs décident de faire la paix

Il a fallu 30 morts dans les affrontements entre les communautés Peuls et Dogons pour qu’elles acceptent de faire la paix.  La semaine dernière a été particulièrement meurtrière dans le centre du Mali, selon le bilan établi par le préfet du cercle de Koro et rapporté par BBC Afrique. Ces affrontements intercommunautaires ont alarmés toute la République. Les appels au calme et à la retenus n’ont pas taris. C’est finalement en fin de semaine que les responsables des deux communautés se sont retrouvées à Bamako pour faire la paix.

La rencontre était à l’initiative du ministère de la Réconciliation nationale. Selon BBC, elle a permis de rapprocher les deux communautés belligérantes. Car, rapporte-t-il, les deux responsables venus à la rencontre ont tous salué l’initiative des autorités.

Ainsi, Mamadou Togo, représentant de la communauté dogon, a lancé un appel à ses frères en ces termes : « je demande à mes parents d’avoir beaucoup de retenues et de déposer les armes, de ne pas répondre aux provocations ». Même son de cloche du coté des Peulhs, où Abdoul Aziz Diallo, le délégué de la communauté a affirmé être très détendu après la rencontre.

« Quand j’arrivais, j’étais très en colère. Mais après les échanges fructueux que nous avons eus, cela nous réconforte, il n’y a pas eu de problème entre nous et les dogons et nous pensons qu’il n’y en a toujours pas », a-t-il affirmé.

Selon lui, les seuls problèmes qui existent viennent de ceux (les terroristes) qui les tuent. « Il n’y a pas de problème entre les Peulhs et les Dogons. Il y a des problèmes entre nous et ceux qui nous tuent », a-t-il indiqué.

C’était également l’occasion pour eux de demander au gouvernement de travailler à assurer la sécurité dans le centre du pays.

A noter que la semaine dernière, des affrontements meurtriers ont éclatés entre peuls et dogons, près de Dioungani, dans le cercle de Koro, au centre du pays. Ces affrontements ont été précédés par d’autres aussi meurtriers.

Hamadoun KARA

In the news
Load More