NDIAYE RAMATOULAYE DIALLO : «Il importe aujourd’hui de revisiter notre riche culture»

Madame N´ Diaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la Culture du Mali, lors du diner gala de la Commission Défense, Sécurité et Protection civile de l´Assemblée nationale du Mali, à l´occasion de la célébration de la fête des Forces Armées maliennnes (FAMa), le 20 jnvaier 2029, au Sheraton Bamako.

La ministre de la Culture, Ndiaye Ramatoulaye Diallo, est convaincue que seule la culture peut permettre un retour du vivre ensemble, gage d’un développement harmonieux du Mali. A la faveur de la 3ème  édition du festival ‘’Equations nomades’’, elle a souligné l’importance de revisiter la culture malienne pour trouver des solutions aux problèmes actuels.

Assurant l’intérim de la première dame, marraine de l’événement, Ramatoulaye Diallo a souligné que « Équations Nomades » est un espace de création visant à favoriser les échanges artistiques, mais aussi entre les artistes et le public ; notamment les enfants qui sont au cœur de la manifestation.
Elle a pour objectifs de contribuer au programme national sur la Culture de la paix au Mali et de susciter des vocations.

Selon elle, depuis 2012, le pays est le théâtre d’une crise multidimensionnelle qui a ébranlé les fondements de notre société comme le « vivre ensemble », gage de paix et de développement.

« Il importe aujourd’hui de revisiter notre riche culture en vue de trouver les remèdes nécessaires à une réconciliation durable des cœurs et des esprits, pour que jamais de tels drames ne se reproduisent. La culture a un rôle incommensurable à jouer dans ce processus de paix et de réconciliation », a-t-elle affirmé.
La ministre Diallo d’ajouter que cette rencontre met à l’honneur les regards croisés entre franco-maliens à travers la musique, la danse, la calligraphie arabe, la peinture et la photographie.
Avant de se réjouir de la tenue à Bamako de cette troisième édition d’ « Equations Nomades 2019» à un moment très crucial de la vie du pays.

Pour elle, cette activité multidimensionnelle couronne les efforts du ministère de la Culture et de ses partenaires techniques et financiers dans la mise en œuvre de la politique nationale culturelle du Mali dont un des axes stratégiques est d’encourager l’entreprenariat culturel formel.

La ministre n’a pas caché son bonheur de voir rassemblés les artistes, créateurs, intellectuels, responsables culturels et politiques, enfants et les jeunes qui ont répondu nombreux à l’invitation du Mali.

 Elle estime que ce Mali, toujours en devenir, porté par des siècles de civilisation, n’a cessé de pousser vers l’avant, dans la longue et belle aventure de son unification.

Poursuivant son raisonnement, la patronne de la Culture malienne ajoutera que depuis l’origine, les cultures sont entrées en résonance, faisant progressivement émerger des héritages, des émotions, une conscience à partager. Dans l’échange comme dans l’épreuve, les populations du Mali ont forgé, au fil des siècles, une culture, une identité et des valeurs communes.

Elle cite une assertion qui étaye la citation d’Amadou Hampâté Bâ dans sa lettre à la jeunesse selon laquelle : « la beauté d’un tapis tient à la variété de ses couleurs, la diversité des hommes, des cultures et des civilisations fait la beauté et la richesse du monde. Combien ennuyeux et monotone serait un monde uniforme où tous les hommes, calqués sur un même modèle, penseraient et vivraient de la même façon ! N’ayant plus rien à découvrir chez les autres, comment s’enrichirait-on soi-même ? »
Les hommes, a-t-elle conseillé, doivent mettre l’accent non plus sur ce qui les sépare, mais sur ce qu’ils ont en commun, dans le respect de l’identité de chacun.

Jean JACQUES

In the news
Load More