MARCHE DU 8 JUIN DE L’OPPOSITION: Soumaïla Cissé et Tiébilé se livrent au folklore

A l’appel de la Coalition pour l’alternance et le changement, des milliers de Maliens y ont répondu présent ce juin pour la marche. Ladite marche s’est bien déroulée sans incident. Mais là ou le bat blesse, arrivée à la tribune devant la Bourse du Travail, les manifestants sont restés sur leurs faims. Pas une déclaration officielle n’a été lue ni par le chef de file de l’opposition encore moins par Tiébilé. « Tout ça pour ça », se plaignent des marcheurs déçus.

Ce vendredi 8 juin, des milliers de Maliens ont battu le pavé à l’appel de la Coalition pour l’alternance et le changement. Après la marche avortée du 2 juin, le chef de file de l’opposition et compagnons ne voulaient pas lâcher prise. Ainsi, ils ont réussi à avoir le soutien de la communauté internationale afin de faire pression sur le pouvoir en place. Ainsi, une rencontre a eu lieu à la veille à la demande des bons offices de la Minusma et de la Mission de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel (Misahel). Autorisation accordée, ils étaient dans la rue dans la matinée du vendredi. Scandant des slogans «  Bou ka Bla ; libérez l’Ortm ; nous exigeons des élections crédibles et  transparentes », les marcheurs attendaient de leurs mentors des discours d’homme d’Etat et d’indignation suite à la répression de la marche du 2 juin. Hélas, c’était sans compter sur les arrières pensées des têtes de proue de la Coalition à savoir Tiébilé Dramé et Soumaïla Cissé. Arrivée à la Tribune aménagée à cet effet devant la Bourse du Travail, les manifestants n’ont eu droit qu’à des discours de remerciement de la part de Soumaïla Cissé et de Tiébilé Dramé. « Je  vous remercie pour votre mobilisation. Je suis satisfait. L’objectif est atteint. Vous pouvez rentrer chez vous », a annoncé Soumaïla Cissé. Et idem pour Tiébilé Dramé. Aucune déclaration officielle n’a été lue par aucun membre de la Coalition. Toute chose qui n’a pas été du tout apprécié par les marcheurs qui pensent  que  leurs allaient se livrer à leur jeu favori en dénonçant  notamment la repression du 2 juin et  invitant leurs militants à se préparer pour le retrait de leur carte d’électeur. « Tout ça pour ça », fulmine un marcheur.  En tout cas, l’impression qui a été donné à la fin ne donne pas une bonne image de l’opposition. Car, elle  avait l’allure d’une provocation du régime.

B. SIDIBE

In the news
Load More