GREVE DE L’UNTM : Les citoyens touchés de plein fouet

Le quotidien des Maliens devient invivable en cette période de grève. Un vent d’inquiétude et de colère a régné chez les Maliens pendant ces trois jours de grève. Dans les rues de Bamako, les gens sont au bout des nerfs. Certains nous confient leur ras-le-bol.

Maïmouna Sanogo, vendeuse dans l’alimentation DIET GAM

‘’C’est la galère depuis trois jours. Mon alimentation est située à proximité de plusieurs lieux de travail, mes fidèles clients viennent des services. A l’heure de la pause ou la descente, ils achètent chez moi. En ces temps de grève, du matin au soir, à part quelques rares passants, il n’y a pratiquement pas de vente. Cela est une chose qui pèse lourdement dans nos caisses’’.

Oumar Konaté, agent d’Orange money

‘’Cela fait trois jours que je ne travaille pas par manque d’Unité de Valeur (UV). Et pour ces UV, on s’approvisionne à la banque, et principalement à la BDM. Si cette dernière est fermée, on fait comment. Sincèrement, ces trois jours constituent un manque à gagner considérable pour nous‘’.

Yaya Coulibaly, commerçant

 ‘’ Il n’y a pas de clients parce que les gens n’ont pas d’argent. En période normale, je fais parfois un chiffre d’affaires de plus d’un million de FCFA. Aujourd’hui, je n’ai vendu que vingt et un mille FCFA. Tout le monde est à bout de souffle et on a du mal à nourrir nos familles’’.


In the news
Load More