ENRICHISSEMENT ILLICITE : Le président de l’Oclei incite la société civile à s’impliquer dans la sensibilisation

L’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (Oclei) a organisé un atelier d’échanges et d’information avec les acteurs de la société civile ce mercredi 12 décembre au Centre national du patronat du Mali. La cérémonie d’ouverture a enregistré la présence du représentant du ministre de l’Administration et de la Transparence de la Vie publique, du président de l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite, Moumouni Guindo, en présence de nombreuses personnalités.
L’objectif de cet atelier était de créer un cadre commun de compréhension et de partage sur le cadre juridique de la lutte contre l’enrichissement illicite au Mali.
Dans son intervention, le président de l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite, Moumouni Guindo a précisé que cette série d’ateliers qui est placée sous le triple signe du partenariat, de la collaboration et de la concertation est une contribution à la célébration de la Journée africaine de lutte contre la corruption.
« L’Assemblée Générale de l’Organisations des Nations Unies a intitulé la journée internationale de lutte contre la corruption pour sensibiliser au problème de la corruption et faire connaitre le rôle de la convention dans la lutte contre celle-ci et sa prévention », a-t-il expliqué. Il a rappelé que l’institution de cette journée commémore l’adoption, le 11 juillet 2003 à Maputo au Mozambique, de la Convention de l’Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption.
A en croire Moumouni Guindo, son service a inscrit dans son plan d’actions 2018 de nombreuses activités d’information, de sensibilisation et de mobilisation. Ces ateliers, dit-il, ont pour objectif global de créer un cadre commun de compréhension et de partage sur le cadre juridique de la lutte contre l’enrichissement illicite au Mali.
« Plus spécifiquement, ils permettront d’examiner les instruments juridiques sous-régionaux, régionaux et internationaux ainsi que le droit positif malien sur la lutte contre la corruption et les infractions assimilées », a-t-il indiqué. Avant d’ajouter que l’Office central accorde l’intérêt le plus élevé au renforcement des liens de partenariat avec les diverses parties prenantes des actions d’amélioration de la gouvernance et de la gestion des ressources publiques.
Il compte beaucoup sur la société civile pour sensibiliser la population, les imams pourront inclure la lutte contre la corruption dans les prêches ; les prêtes et les pasteurs pourront également sensibiliser tous en nous rappelant nos valeurs ancestrales de dignité, de fierté, d’honnêteté et de droiture », a-t-il laissé entendre.
M. Guindo invite ses collègues de l’Oclei à ne ménager aucun effort pour échanger, discuter, parler, dialoguer sur toutes les préoccupations communes.

Tièfing KANTE

In the news
Load More