DEBAT SUR L’HOMOSEXUALITE : Ce que j’en sais


Le manuel scolaire sur la sexualité qui était en cours d’élaboration à Ségou est au cœur de la polémique avant sa publication. Le président du Haut conseil islamique du Mali (HCI) a dans un prêche fait part de son indignation : affirmant que ce document « prône » l’homosexualité prohibée par l’islam. Et du coup, les religieux ne devaient accepter sa mise en route. Le ministre de l’Education a réagi à ses propos en affirmant que ce document ne porte aucune atteinte aux mœurs et aux religions révélées dans son contenu. Entre les deux propos, les Maliens ne savent pas à qui avoir confiance tant les langages sont déplacés les uns des autres.

Je suis fermement opposé à l’homosexualité. Mais, je pense qu’en faire allusion dans un document didactique pour l’éducation sexuelle des ados et des jeunes n’est pas un crime contre l’islam. Encore que notre système éducatif doit refléter non seulement nos valeurs, mais aussi la laïcité du pays.
Si j’ai bonne mémoire le Coran et la Bible font allusion à Sodome et à Gomorrhe. « Et [souviens-toi de] Loth lorsqu’il dit à son peuple : Commettez-vous des turpitudes que nul à travers les mondes n’a commises avant vous ? Vous copulez avec des hommes en renonçant aux femmes pour assouvir vos appétits ! Vous êtes un peuple livré à ses excès… Nous fîmes pleuvoir sur eux des pierres : considère quelle fut la fin des criminels » ! (Coran, 7 : 80-84)
« Nous allons faire s’abattre sur cette cité un châtiment venu du ciel pour prix de leur perversion. Et nous en laissâmes une trace [litt.: un signe] évidente à l’intention de ceux qui sont en mesure de réfléchir ». (Coran, 29 : 34-35)
« Et Nous renversâmes [la ville] de fond en comble et fîmes pleuvoir sur eux des pierres d’argile dure. Voilà vraiment des preuves, pour ceux qui savent observer ! Elle (cette ville) se trouvait sur un chemin connu de tous [entre Makkah et la Syrie à la place actuelle de la mer morte] ». (Coran, 15 : 74-77)
Et la Bible évoque aussi la destruction de Sodome et de Gomorrhe (Genèse 19.1-29). Est-ce parce qu’elles l’évoquent (même sous forme d’avertissement aux croyants) que ces Saintes Ecritures font l’apologie de l’homosexualité ? Chacun peut les interpréter et trouver sa réponse. Mais, la nôtre est : non !
Ce n’est pas parce que certains leaders religieux veulent en faire un tabou que cette pratique (une déviation sexuelle pour moi) ne va pas exister et même fleurir dans notre société. Bien au contraire, la politique de l’autruche est le terreau fertile de bien de pratiques, de fléaux dans notre société. Et aujourd’hui, au stade actuel du développement des Nouvelles technologies de l’information et de la communication, une telle attitude tient de l’utopique.
En parler dans un cadre académique avec un outil didactique est sans doute le meilleur moyen d’éviter que nos enfants ne se laissent appâter par l’argent et le matériel. Parce qu’il ne faut pas se voiler la face, beaucoup de jeunes hommes et filles s’adonnent à cette pratique aujourd’hui pour se mettre à l’abri des besoins financiers et matériels.
Comme le banditisme, la criminalité, le terrorisme et le trafic en tout genre. Donc qu’on veuille ou non, nos enfants entendront parler des gays et des lesbiennes. Qu’on le veuille ou non, ils seront un jour en contact direct ou indirect avec eux… Et la meilleure manière de les préparer à affronter cette réalité, c’est d’y être moralement et psychologiquement préparés par de vrais éducateurs, des pédagogues.
Globalement, l’éducation à la santé dans les établissements scolaires a trois principaux pôles. Eduquer à la santé, c’est permettre à l’élève de développement ses compétences personnelles, sociales et civiques ; d’acquérir les moyens d’un regard critique vis-à-vis de son environnement ; de connaître son corps, sa santé, les comportements et leurs effets.
Ce n’est donc pas l’éducation sexuelle complète (ESC) qui peut pervertir nos enfants. Mais, parce que les parents n’assument plus leur responsabilité dans cette éducation. Une responsabilité que nous avons abandonnée aux télénovelas, aux Tic qui véhiculent toutes les mauvaises pratiques du monde.
L’éducation sexuelle est dans nos coutumes, même si les formes ont aussi évolué avec notre société.

Naby



In the news
Load More